Fizi-itombwe: Que faut-il pour éradiquer l’extrême pauvreté ?(P.O Obedi Nyamangyoku)

Écrit par sur novembre 25, 2022

La population du territoire de Fizi et celle de la partie d’itombwe en territoire de Mwenga, traverse des moments difficiles du manque ou de l’insuffisance alimentaire, mais aussi d’une avancée très lente. Et celà, conduit à ce qu’on appelle « la pauvreté extrême ».

Vu cette situation d’insécurité alimentaire et cette extrême pauvreté , une conférence-débat,sous initiative du bureau urbain de la jeunesse de la ville de Baraka, présidé par Patient Rafiki, sous patronage du Professeur Ordinaire Obedi Nyamangyoku a été organisée ce vendredi 25 novembre 2022 dans la salle Meladen club , située au quartier Aebaz, commune de Baraka centre ,ville de Baraka, sous thème,« la problématique de la pauvreté en territoire de fizi-itombwe: quel rôle de la jeunesse,des politiques et de la diaspora ?».

A cette thématique, le conférencier, Professeur Ordinaire Obedi Nyamangyoku, s’est mis dans un moment rogatoire ,entre autre, que pouvons-nous faire pour éradiquer cette extrême pauvreté ? Faut-il continuer à s’appuyer sur l’assistance alimentaire étrangère ? Il déplore que les aliments soient importés alors que notre territoire a un sol riche. Pourquoi continuer à placer confiance sur les dons? S’était-il interrogé.

Dans son speech ,le conférencier, a distingué trois formes de la pauvreté : -la pauvreté extrême ,-la pauvreté générale et celle humaine.

En parlant en particulier du territoire de fizi, le professeur a mis l’accent sur la pauvreté extrême engendré par plusieurs éléments,dont la croissance démographique considérable par rapport à la disponibilité alimentaire. Il reste également convaincu que, la population est dans l’extrême pauvreté parce qu’elle n’est plus capable de se nourrir elle même et elle vit grâce à l’assistance alimentaire donnée par les organisations internationales et dont la nourriture vient de l’étranger, et très curieusement dans les pays semi-arides comme la Tanzanie;

Dans son exposé basé sur l’effort et le courage personnels d’une américaine au nom de Jessica, le professeur a demandé aux jeunes et à la population de fizi-baraka à s’adonner au travail selon les solutions suivantes qu’il a proposées, d’après l’expérience de cette fille: avoir une grande vision, éviter à être spectateurs et mettre la main à la patte pour un développement rapide et un changement.

Cette conférence qui s’est clôturée par une phase de questions-réponses , quelques défis y ont été évoqués par les participants, parmi lesquels, la négligence du travail par les jeunes, la sorcellerie,la jalousie,les catastrophes,les semences nouvelles et la hausse du tarif des taxes et impôts freinant quelques entrepreneurs à bien émerger.

Également,quelques remèdes et recommandations ont été émis par ceux qui ont pris part,entre autre, la créativité, retour des anciens semences, la promotion de l’entrepreneuriat,la prise de conscience,la création des associations du type coopératif, la sensibilisation des hommes politiques Babondo, la diaspora et les hommes d’affaires de s’investir dans l’agriculture pour éradiquer l’extrême pauvreté dans l’espace Fizi-Itombwe.
En effet, plusieurs hommes politiques distribuent des milliers de dollars à des personnes diverses au lieu de faire l’investissement dans l’agriculture(constat).

Il sied de signaler que, dans le but de stimuler les jeunes à former des groupes d’entrepreneurs, le conférencier, professeur ordinaire ,a débloqué une somme qu’il n’a pas révélée et qui a été mise sous gestion du comité de la jeunesse ,pour enfin octroyer d’emprunts pour commencer les activités qui devront mettre fin à l’extrême pauvreté.

Famure de fizimedia.com


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR