Hommage : Le grand Manu Dibango a rendu son dernier souffle

Written by on avril 4, 2020

Une voix, un timbre, un visage reconnaissables entre mille: celui de Papy Groove. On le croyait invincible mais le baobab Manu Dibango a été abattu le 24 mars par le Covid-19. Le Cameroun pleure l’un de ses plus illustres ambassadeurs. 

 

« C’est avec une profonde tristesse que nous rendons hommage à Manu Dibango, notre ‘Papy Groove’, survenue le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans, des suites du Covid-19 », vient de déclarer la famille de l’immense saxophoniste, né à Douala, rendu notamment célèbre par son tube Soul Makossa.

La contamination du musicien avait été annoncée le 18 mars dernier. La maladie a donc finalement été la plus forte. Le célèbre musicien a rendu son dernier souffle ce mardi matin dans un hôpital de la région parisienne. Manu Dibango est la première célébrité mondiale à décéder des suites d’une contamination au coronavirus.

Légende de l’afro-jazz, il était l’auteur d’un des plus grands tubes planétaires de la musique jazz matinée de disco, Soul Makossa (1972), en référence au Makossa, genre musical très en vogue au Cameroun. C’est grâce à sa diffusion au sein de la communauté afro-américaine que le morceau est entré dans le top 40 américain, avant d’inspirer Michael Jackson pour son Wanna be startin’ something.
Musicien humble et gouailleur, Manu Dibango avait joué aux côtés d’Otis Redding, Nino Ferrer, ou encore Alan Shelly. Il s’était dit « étonné » du succès de ce morceau initialement placé sur la face B d’un 45 tours présentant l’hymne dédié à l’équipe nationale de foot du Cameroun.

Au fil du temps, on ne compte plus les musiciens qui, de Will Smith à Beyoncé en passant par Jay Z, Rihanna, Kanye West et Childish Gambino, ont intégré les célèbres accords dans leur propre création.

Né à Douala le 12 décembre 1933, Emmanuel N’Djoke Dibango est arrivé à Marseille en 1949 alors qu’il était adolescent. Le magicien des sons a été fait Chevalier de la Légion d’honneur française en 2010, une récompense qui salue son parcours de claviériste, chanteur, chef d’orchestre et saxophoniste. L’artiste camerounais était encore en pleine forme et en tournée l’an dernier pour célébrer ses 60 ans de carrière avec son Safari Symphonique mêlant jazz et musique classique.

En raison de l’épidémie mondiale de coronavirus qui sévit, « les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible », a indiqué la famille dans son communiqué.

Dans l’intervalle, le meilleur hommage que l’on puisse lui rendre est de faire résonner sa musique. La rediffusion de son concert Safari Symphonique, enregistré le 17 octobre dernier au Grand Rex, aura lieu vendredi à 21h30 (heure de Paris) sur TV5 monde (Europe).

On peut aussi (re)lire son autobiographie Trois kilos de café écrite en collaboration avec Danielle Rouard, parue chez Points, dans laquelle l’artiste raconte son arrivée en France au terme de 21 jours de traversée en paquebot jusqu’à Marseille. Il y évoque aussi son séjour en Belgique, où il a croisé la route de Joseph Kabaselé, alias Grand Kallé, maître de l’African Jazz, ainsi que celle des illustres invités de la Table-Ronde cités dans l’inoubliable hymne du Congo, Indépendance Cha Cha.

Enfin, on vient de l’apprendre, ce jeudi 26 mars: l’Université Polytechnique Hauts-de-France, à Valenciennes, avait prévu de longue date de décerner à Manu Dibango le titre de Docteur Honoris Causa. Cette distinction lui sera attribuée à titre posthume le 02 juin 2020.

Que pensez-vous de cet article?

fizimedia.com

source : LA


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR