Nord-Kivu: à qui profite la prolifération des groupes armés? Le Député Provincial Hope SABINI donne des révélations graves

Written by on février 9, 2020

Plus que jamais, les milices et groupes armés pullulent en République démocratique du Congo,
La province la plus affectée demeure le Nord-Kivu, avec près d’un million de déplacés, sur 6 à 7 millions d’habitants.

Le nord de la province vit sous la menace d’une milice d’obédience musulmane d’origine ougandaise, les Forces démocratiques alliées (ADF), présente au Congo depuis la fin du règne de Mobutu.

Cependant, de nombreux observateurs et habitants sont persuadés qu’au moins une partie des exactions qui lui sont attribuées sont en réalité commises par des groupes congolais contrôlés par des potentats locaux, eux-mêmes agissant avec le soutien de Kinshasa ou de pays voisins, et avec l’implication d’officiers des Forces armées de RDC (FARDC), c’est-à-dire les forces de sécurité officielles. Après une année de baisse de leurs activités, les tueries des « présumés ADF » semblent reprendre de plus belle, tandis que d’autres groupes émergent un peu plus au sud, entre Butembo, la seconde ville de la province, et Goma, le chef-lieu du Nord-Kivu.

Hope Sabini, Député provincial, élu du Territoire de Rutshuru tacle et pointe du doigt des politiques Congolais en mal de positionnement qui selon lui, seraient parmi les tireurs de ficelles des massacres dans la région de Beni, et de la recrudescence de l’insécurité dans la province.

Dans une interview exclusive accordée à la rédaction de Fizimedia , cet élu provincial tout en tapant les poings sur la table , décrie la passivité des autorités impliquées dans la chaîne de sécurisation de la population et ses biens qui n’arrivent pas à bien jouer leur rôle.

Selon lui, il est inconcevable que des civils continuent à être tués à Beni par des ADF sous la barbe et le nez du Gouvernement Congolais sans que rien ne soit fait.

« la situation sécuritaire, on doit tous s’impliquer pour que la zone soit sécurisée , nous déplorons le fait que les kidnappings font la une, tout ça c’est le problème du gouvernement congolais qui ne parvient pas à mettre fin a cette situation maccabre, c’est déplorable de voir le gouvernement congolais à travers les forces armées, financer et appuyer ces groupes armées afin qu’ils ses traquent entre eux, comment on peut chercher une chose et son contraire, on chercher la paix ou la souffrance de la population ? » s’est interrogé, le parlementaire provincial Hope SABINI .

À lui de poursuivre que les responsabilité doivent être établies pour que les coupables et leurs complices soient punis conformément à la loi.
« Je me demande si le gouvernement congolais aurait échoué de restaurer son autorité sur le territoire de Beni ou moi-même je me sens être victime, comme il est possible de voir un groupe rebelle comme l’ADF , continuer à tuer nos paisibles citoyens pendant que nous avons une force majeure et bien équipée en tout » déclare t-il d’un ton ferme.

Tambour battant, Hope SABINI appelle les politiques Congolais à unir leurs efforts comme un seul homme afin d’éradiquer le phénomène ADF qui commence à gagner de l’espace jusque dans la province d’ituri.

« Je pense qu’il est temps pour que les politiques s’unissent, le CASH, le FCC et nous de l’opposition , pour savoir quelles sont les méthodes que nous pouvons mettre en place enfin de mettre fin à cette situation d’insécurité qui sévit en province » a t-il dit.

Cet élu du Territoire de Rutshuru, en chefferie de Bwito affirme que, sans l’implication des politiques dans le problème sécuritaire en République Démocratique du Congo en général et en province du Nord-Kivu en particulier, la population reste exposée à des tueries.

L’hémorragie doit être vite arrêtée, conclut-il.

Que Pensez-vous de cet article?

Par Enoch David à Goma.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR