Monde: il ya exactement 40 ans après la Mort de Camara Laye

Written by on février 4, 2020

C’était le 4 février 1980.

Camara Laye naît en janvier 1928 à Kouroussa (un village de Haute-Guinée). Son père, Komady, est forgeron ainsi qu’orfèvre et sa mère est la petite-fille d’un forgeron.

À quinze ans, Camara Laye quitte sa famille pour Conakry, la capitale. Il y fait ses études d’enseignement technique à l’école de Georges Poiret. Il y est accueilli par l’un de ses oncles, qui lui offre un foyer dans lequel, après une année d’adaptation difficile, il se sent à l’aise.

Ses années loin de la maison de ses parents marquent le début de son émancipation réelle en tant qu’homme.
Après l’obtention de son CAP mécanicien; Camara Laye obtient une bourse d’étude grâce à ses excellents résultats. Il part pour la France où il étudie à l’École centrale d’ingénierie automobile à Argenteuil et obtient un certificat de mécanicien.

Après l’expiration de sa bourse, il se prend lui-même en charge en faisant de petits boulots à l’usine automobile de Simca, puis dans les transports en commun de Paris (RATP) et enfin à la Compagnie des compteurs de Montrouge.

Il continue ses études, le soir, au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), et au Collège technique de l’aéronautique et de construction automobile. C’est à cette époque qu’il écrit L’Enfant noir.

En 1956, il obtient son diplôme d’ingénieur et décide alors de rentrer en Afrique, au Dahomey (actuel Bénin) puis au Ghana. La Guinée obtient son indépendance en 1958, et Ahmed Sékou Touré est élu président. Camara Laye en devient le premier ambassadeur au Ghana.

Par la suite, il occupera différents postes en dehors du Ghana, avant de revenir à Conakry, où il travaillera pour le Département des accords économiques, avant d’être nommé Directeur de l’Institut national de la recherche et de la documentation. Camara Laye se trouve de plus en plus souvent en conflit avec les politiques du régime du président Ahmed Sékou Touré, et il est emprisonné pour une courte période.

A sa sortie de prison, Camara Laye s’enfuit avec sa famille en Côte d’Ivoire, avant de s’installer au Sénégal, où il travaillera comme chercheur à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN). Devenu chercheur, il arpente les États d’Afrique de l’Ouest afin de recueillir les récits de l’histoire des peuples noirs que racontent les griots, les poètes et musiciens de l’Afrique.

Les écrits de Camara Laye ont été lus partout en Afrique francophone. D’abord, ‘’L’Enfant noir’’ (publié en France en 1953 et qui avait reçu le Prix Charles Veillon).

Dans ce roman, il dépeint avec nostalgie son enfance heureuse, ses parents, son éducation, le rituel de la circoncision qui est un élément important dans l’initiation à la culture malinké et la fin de sa jeunesse. Ce livre connut un tel succès qu’il fut adapté en film : L’Enfant noir par Laurent Chevallier, sorti en 1995. Ensuite, ‘’Le Regard du roi’’ (publié en 1954) qui est un récit allégorique et initiatique, avec un blanc comme héros s’étant fait rejeter par ses compatriotes, qui tente d’accéder à la sagesse profonde de l’Afrique avec l’aide de maîtres spirituels noirs.

« Dramouss » (A Dream of Africa) a été publié à Paris en 1966 et ‘’Le Maître de la parole’’ (publié en 1978) qui est une transcription de l’épopée de Soundiata, une épopée orale consacrée à Soundiata Keïta, l’empereur mandingue mort en 1255.

Par Fizimedia.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR