RDCongo: Sud-Kivu: situation humanitaire critique des combattants CNRD et leurs familles

Written by on décembre 19, 2019

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a diffusé mercredi un communiqué au sujet de la « situation humanitaire critique » de 1800 personnes capturées au Sud-Kivu – des combattants CNRD (dissidence des FDLR, issus des génociaires rwandais et responsables de crimes de guerre et contre l’humanité dans l’est du Congo) et leurs familles.
 
Des opérations militaires de l’armée congolaise ont lieu depuis novembre dans la région de Kalehe, au Sud-Kivu, aux alentours du parc national de Kahuzi Biega. Des combats violents ont opposé les militaires aux rebelles rwandais du CNRD, une scission des FDLR, occasionnant des déplacements massifs de la population locale; nombre de ces déplacés sont forcés de passer la nuit à la belle étoile dans cette région montagneuse et froide. 
Dans certaines zones du Sud-Kivu, les combattants FDLR et dissidents ont totalement imposé leur loi, allant jusqu’à donner à des localités congolaises des noms rwandais et y instaurant une administration copiée sur celle du régime Habyarimana défait en 1994, au Rwanda, par le Front patriotique (FPR, au pouvoir à Kigali depuis lors).
 
Avec l’aide de la population locale
 
La population de la région de Kalehe semble avoir apporté une aide à l’armée congolaise en facilitant la capture de combattants CNRD, selon la presse congolaise. Le 8 décembre, 1200 d’entre eux se seraient ainsi rendus à l’armée congolaise. Aujourd’hui, le CICR cite le nombre de « 1800 personnes », membres du CNRD et familles.
 
Selon le communiqué du CICR, il y a parmi ces 1800 détenus « des blessés, des malades, des femmes enceintes, des enfants non-accompagnés et des personnes en situation de handicap ». Le CICR a « distribué une demi-tonne de médicaments et de matériel de soin à l’hôpital de Nyamunyunyi », qui accueille une partie de ces prisonniers. Le camp militaire de la même localité accueille « plus de 1400 personnes ».
 
Le CICR rappelle que les prisonniers, leurs familles, les blessés et les malades « doivent être traités avec humanité ». Le CICR insiste aussi pour que « les transferts se fassent de manière informée et volontaire » sans préciser vers où il est question de transférer ces 1800 personnes. Un autre endroit au Congo? Au Rwanda?

Que pensez-vous de cet article?

fizimedia.com

source:LA


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR