Butembo : le CIFDH/D contre les mauvaises pratiques dans les maisons pénitentiaires

Written by on décembre 26, 2019


Le CIFDH/D dénonce tout monnayage de visite aux détenus et aux autres violations et autres violations des droits de l’homme en milieux carcéraux en ville de Butembo. 

Dans son rapport de monitoring des droits de l’homme communiqué à la presse de Butembo ce jeudi 26 décembre 2019, cette organisation non gouvernementale déplore l’avidité de certains agents de forces de l’ordre commis à la garde des maisons carcérales à Butembo. Dans son communiqué de presse, le CIFDH/D constate avec amertume, les mauvaises conditions de détentions des prisonniers. 

Un autre crime commis indirectement par les autorités compétentes, au risque de perte de vies des détenus. Parmi les conditions de paye exigées par les agents à la garde, figure notamment le rang social du visiteur. 

Le CIFDH/D rappelle dans ce document, l’inertie des autorités compétentes en la matière. 

Cette ONG soutien sa lutte de la gratuité de la visite en maisons carcérales par le texte de loi congolaise. Elle évoque notamment l’ordonnance-loi numéro 344 du 17 septembre 1965 relative au régime pénitentiaire, à l’article 64. Ce texte évoque alors que « les détenus ont droit à trois repas par jour ». 

Ce document soutient cet argument par le texte du haut-commissariat des nations unies aux droits de l’homme. Celui-ci stipule que « les détenus doivent être autorisés, sous surveillance nécessaire, à communiquer avec leurs familles et avec leurs amis auxquels on peut faire confiance à l’intervalle régulier tant par correspondance qu’en recevant des visites ».

Cette ONG/D recommande ainsi « aux officiers du ministère public, de saisir les auteurs de ces actes afin qu’ils subissent la rigueur de la loi ; à l’autorité urbaine, de songer à donner la ration aux maisons carcérales pour la survie des détenus ; au commissaire urbain de la PNC de veiller à la discipline de ses éléments déployés dans les différents lieux de détentions de la ville ; à la population de denoncer auprès des commandants ou aux officiers du ministère public, cette pratique d’exigence illégale de somme d’argent lors de visite ». 

Par Joël Tali Angunayo.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR