SUD-KIVU: La réserve naturelle d’Itombwe sous menace des guerres et un nid des plusieurs milices.

Écrit par sur septembre 25, 2019

Par Enoch David.

Photo:réserve naturelle d’itombwe.

La province de Sud-Kivu est sur la première ligne des provinces en République Démocratique du Congo qui regorge les milices et d’autres groupes armés non identifiés par le gouvernement de la République, dans cette partie du pays, au moins chaque communauté a sa milice, une situation qui conduit au non développement d’un dynamisme des non-violence inter communautaire.
I.La réserve naturelle d’Itombwe un nid des Milices.

©Ph:Ozo Luabanya.

©ph:Faraja Mulumba.

La province du Sud-Kivu étant touchée par les guerres dans sa partie sud-ouest, d’une part la partie du territoire de Mwenga et d’autre part le territoire de Fizi, cette réserve est sous menace des la présence des plusieurs milices entres autres, les groupes Mai mai Yakutumba, Mai Mai Ebuela, Ngomino, et d’autres.
Les espèces protégés par l’UNESCO vivent en danger, les arbres sont abattus sans reboisement, ces milices font les braconnages des animaux et de même ils sont a la base de non développement du secteur du tourisme dans cette réserve qui semble beau non seulement par son Nom qui est stiple a prononcer, mais aussi les beaux animaux qu’ont y trouve comme les éléphants, les antilopes, le pangols, le serpents et d’autres espaces singe comme le macaques…
Les différentes structures citoyennes qui œuvrent dans les domaines de l’environement pensent que le gouvernement congolais a travers sa structure qui s’en charge de la protection et la conservation de la nature l’ICCN devrait songer a user des bonnes méthodes pour balayer cette aire protège pour laisser une place au tourisme qui est l’un de secteur qui constitu au développements du pays.
II. Exploitation des mines dans la réserve d’Itombwe.

L’exploitation des mines dans cette réserve est l’un de problème majeur qui affecte l’environnement et qui est la base des changements de climat qui frappe le monde et la RDC n’est pas mis à l’écart, la direction de l(ICCN devrait pensée à la protection et au non exploitation des Mines qui sont non seulement a la base des destructions de la fortes pour la construction des campements des exploitants miniers et la construction des zones d’exploitation.
Une grande partie du territoire d’Itombwe ou est situer cette réserve est menacée par ces exploitants qui sont en grande partie la population locale et d’autre part les milices qui occupent des espaces ou ils exercent leurs activités librement sans aucune effraction.
Les minerais sont à la base des gelures partout dans le monde, les bois aussi constituent une menace pour la République Démocratique du Congo.
L’ICCN a un rôle à jouer sur la conservation de cette ère protégée qui est devenue un milieu de chasse, des braconnages et de camps des plusieurs malices.
Approche de la communauté face à la réserve d’Itombwe.
Selon un habitat du village de MIENGE en secteur d’Itombwe dans le territoire de Mwenga, les agents commis à la patrouille dans cette réserve (éco-gardes) ont aussi du mal à faire leur travail suite a ces différents problèmes.
La réserve d’itobwe est un beau lieu, car sa présence ici chez nous, ca offre nos enfants du travail, nous saluons les efforts de la direction de cette institution Etatique qui par son Directeur General le pasteur Docteur Cosma Wilungula , un Homme intègre qui prêche la bonne gestion de la chose et qui n’a pas du tribalisme qui grâce a lui, nos fils et filles ont eu du boulot, non seulement au réserve naturelle d’Itombwe, mais aussi a l’ICCN(Interview et Témoignage).
Les communautés de base environnantes de la réserve dans cette partie de la province du Sud-Kivu, pensent la plus grande solution qu’on devrait faire, s’impliquer l’ICCN dan le système de DDRRR pour que les groupes rebelles trouvent une intégration immédiate dans leurs familles respectives.

À l’aéroport de Goma en province du Nord-Kivu, dans une interview qu’il accordée à http://fizimedia.com, le patron de L’ICCN, Pasteur Dr Cosma WILUNGULA affirme que son institution est bon état malgré quelques difficultés comme la présence de la maladie à virus Ebola qui est un problème pour non seulement les hommes, mais aussi pour les animaux dans le parc nationale des Virunga.
Nos équipes sont disponibles pour lutteé contre toutes sortes de pénétrations dans ce patrimoine mondial.
Que pensez-vous de cet article?


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR