RDC : Sama Lukonde Kyenge, le nouveau premier ministre

Écrit par sur février 15, 2021

Tshisekedi ne sera pas parvenu à convaincre Moïse Katumbi d’endosser le rôle de Premier ministre. Les tentatives ont été aussi nombreuses que vaines. L’ancien gouverneur du Katanga est demeuré sur ses convictions. Faute de ce gros poisson, le parti présidentiel a compris qu’il serait finalement mal vu de nommer un candidat issu de ses rangs, il est donc allé piocher juste à côté…

Le Premier ministre de Félix Tshisekedi s’appelle Sama Lukonde Kyenge. L’homme coche quelques-unes des cases nécessaires pour endosser cet habit avec un certain équilibre géographique et politique.

Il est Katangais. Il est issu du parti de Dany Banza, Avenir du Congo (ACO). Ce parti faisait partie du G7 de 2015 à janvier 2018, date à laquelle Banza a décidé de couper le cordon ombilical avec ce regroupement qui avait fait de Moïse Katumbi son candidat unique. Il est donc Katangais mais il n’est pas proche de Moïse Katumbi.

Il a été opposant à Kabila. Entré jeune au gouvernement Matata, comme ministre des Sports, il suivra son mentor Dany Banza en démissionnant de son poste en 2015.

Il est Cach. Faute de pouvoir compter sur la personnalité de Katumbi, il était clair depuis un certain temps que le candidat ne se trouverait pas parmi les hommes politiques qui gravitent autour de l’homme d’affaires congolais. Les Mwando, les Mbaz n’étaient pas assez lisses pour accéder à ce poste. Le nom d’un candidat UDPS a circulé avec insistance mais cela faisait un peu beaucoup pour le parti présidentiel. Il est donc allé à la pêche au sein de Cach pour découvrir le candidat idéal. Sala Lukonde Kyenge, actuel DG de la Gécamines, un poste qu’il s’est déjà vu attribuer par le président Tshisekedi à la fin 2019. Ses objectifs en prenant les rênes de ce géant potentiel, qui n’est plus que l’ombre de lui-même : redorer l’image de marque de la société, contribuer au budget national et assurer la couverture santé et l’accès à l’éducation de ses agents.

Pour ses proches, « il incarne la nouvelle génération. Il a des bases solides; il incarne cette nouvelle génération brillante qui fera du Congo un grand pays ».

Pour ses détracteurs, le message est quelque peu différent. « C’est un figurant. Figurant aux Sports, figurant à la Gécamines, il sera figurant à la Primature. C’est d’ailleurs ce qu’attend le président et son âme damné Kabund du futur Premier ministre ».

Seule certitude, si l’annonce de cette nomination se confirme, (« elle était initialement prévue pour ce week-end ») le président, qui se veut désormais comme le patron d’une immense majorité hétéroclite qu’est l’Union sacrée, sera allé puiser dans son cercle restreint pour dénicher le chef de l’exécutif. L’ouverture politique n’est pas là. Le choix de Sama Lukonde Kyenge est le choix du plus petit dénominateur commun.Après la désignation de Christophe Mboso à la présidence de l’Assemblée nationale congolaise, celle de Sama Lukonde Kyenge à la Primature démontre surtout l’envie du premier cercle du pouvoir ne pas s’entourer de personnalités fortes. Ce désir de conserver les rênes du pouvoir à la présidence et entre quelques caciques du parti est l’élément qui est mis en avant par certains proches de Moïse Katumbi pour expliquer son refus. « Il n’aurait pas eu mes mains libres pour mener la politique nécessaire pour conduire le pays sur la voie du succès », nous confie un proche de l’ancien gouverneur du grand Katanga..

Fizimedia.com


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR