RDC : des groupes armés se rendent aux FARDC, la paix s’annonce à l’Est !

Écrit par sur décembre 7, 2020

La République Démocratique du Congo compte en séjour plus de 100 groupes armés locaux et étrangers, et sa partie Est demeure un lieu d’exactions dont le plus grand groupe rebelle ADF de la République de l’Ouganda serait le plus terroriste.

Au total, 35 éléments du groupe armé Nduma defesne of Congo/ailés chef rebelle Bwira, se sont rendus aux forces armées de la République démocratique du Congo ce 4 décembre 2020 à Mushaki territoire de Masisi.

Ces hommes en majorité jeunes , ils se sont rendus avec une dizaine d’armes de type AK 47, ainsi que les armes d’appui.

C’est le commandant secteur opérationnel Sokola II Nord- Kivu, le général de brigade Mweu Lumbu Evariste qui a reçu symboliquement les armes, ainsi que les éléments de ce groupe armé.
Ses éléments seront cantonnés à Rumangabo.

« Les FARDC ont anéanti à 90 % le groupe armé NDC-Rénové. Et l’aile Bwira s’était résolue, au regard de la pression de l’armée, à se rendre. Nous demandons à ceux qui continuent de se cacher dans la population avec des armes ; de venir se rendre auprès de l’armée, pour ne pas subir la pression que les FARDC infligent actuellement au NDC-R du groupe Guidon.» A-t-il dit.

En ce moment, plus de 600 éléments du groupe armé NDC/aile Bwira se sont déjà rendus aux FARDC à ce jour, avec plus de 250 armes, a indiqué le porte-parole des opérations Sokola II.

Vers une paix durable à l’Est de la RDC ?

Cette situation s’observe aussi dans la province du Sud-Kivu, voisine, il s’agit de 5 chefs miliciens veulent devenir généraux des FARDC qui se sont exprimés de vant la mission de pacification dépêchée par le chef de l’État Felix Tshisekedi dans la ville et territoire d’Uvira.

Cette mission, qui a pris fin lundi 30 novembre, a été conduite par le représentant personnel du chef de l’Etat, Yannick Lutandila, cette délégation dit avoir obtenu l’adhésion de cinq groupes armés locaux au processus de paix prôné par le Chef de l’Etat.

Mais les chefs de ces groupes, sensibilisés dans leurs fiefs respectifs, ont notamment réclamé le grade de général, une fois intégrés dans l’armée.

Après cinq jours d’échanges, cinq chefs de guerre contactés physiquement ont promis de quitter la brousse, à la seule condition de voir les groupes armés et milices Gumino et Twigwaneho faire de même.

Le groupe de René, opérant dans les moyens plateaux d’Uvira, a reçu la délégation dans la localité de Gomba, vers l’axe Katongo au sud d’Uvira.

Le groupe Makanika, actif dans les moyens plateaux d’Uvira, a accueilli la délégation au village de Kitundu, surplombant la ville d’Uvira.

Le groupe Nyerere, opérant entre Kiliba et Runingu dans la plaine de la Ruzizi, s’est entretenu avec la délégation de Kinshasa à Kashatu.

Le groupe Kashumba, actif entre Kawizi et le groupement de Muhungu dans les moyens plateaux d’Uvira, a échangé avec la délégation à Kisanga.
Et enfin, le groupe Ilunga, actif dans les hauts plateaux de Masango, est descendu à Munanira pour recevoir la délégation. Chaque seigneur de guerre se présentait au grade de général.

Dans un message envoyé au Chef de l’Etat, chacun d’eux a demandé que son grade soit reconnu, une fois intégré dans l’armée et qu’ils soient traités sans discrimination.

Que la prise en charge soit réelle et effective pour les combattants qui choisiront de rentrer dans la vie civile. Le cahier de charge pour chacun a été déposé au représentant personnel du chef de l’Etat.

Yannick Lutandila a rencontré aussi à Bukavu et à Uvira quelques membres de la communauté banyamulenge.

Cependant, à la suite des difficultés de transport, la mission présidentielle n’a pu continuer la caravane dans le territoire de Fizi et à Itombwe.

Des sources proches des groupes armés de territoire de Fizi et d’itombwe disent être contactés à distance,que ils seraient aussi reçu,mais sans succès.

Ces derniers précisent que leurs cahiers de charge sont bien connus par le gouvernement.

Les analystes politiques pensent que, toute sorte de médiation des groupes armés sans présence de William Amuri Yakotumba, kibukila Mtetezi Trésor, les Ngumino et Twigwaneho accompagné par Rukundo Makanika Michel, le travail ne sera pas terminé.

Pour rappel, depuis son accession au pouvoir après les élections de 2018, Félix-Antoine Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo, se montre très préoccupé par le retour immédiat de la paix à l’Est de son pays où jusqu’à aujourd’hui, on compte des milliers de morts depuis les an, des violations graves de droit de l’homme, les déplacements massifs de la Population est une réalité à l’Est.

Que pensez-vous de cet article ?

– Par Enoch David.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR