RDC : ce peuple qui chante et danse est celui qui comprendra, éditorial de Daniel MPEZAMIHIGO

Écrit par sur décembre 11, 2020

Daniel M , assistant à l’Université de Goma et chercheur en communications

Il danse pour la victoire de l’imposteur qui le profile en vache au lait,
Il chante pour le déclin du bourreau qui l’a vassalisé ;
Il oublie son sort dans ce récit du corbeau et du renard, non à vivre, mais toujours vécu.

Il oublie qu’il a dansé à la chutte de l’impérialisme du pouvoir MOBUTU, qu’il a chanté à l’entrée du pouvoir MZEE, qu’il a jubilé à la maturité du pouvoir de Joseph KABIKA en 2006, qu’il a trésailli de joie lors de la prise du pouvoir par Félix TSHISEKEDI en Janvier 2019, mais que son vécu n’a fait que dégénéré.

Si tôt, si vite, il oublie qu’il ya seulement trente ans, il n’avait pas la parfaite définition de l’insécurité à l’intérieur de ses frontières, celle de minerval pour ses enfants du premier niveau, celle du chômage en nombre de sa jeunesse, celle du déshonneur d’un élu;
C’est seulement après toutes ces années qu’il apprend que les lieux de cultes ne sont plus sacrés, que les Institutions établies par la Constitution sont aussi violables, que la dignité humaine n’est plus à conserver.

Il danse parce qu’il croit avoir un Sauveur,
Il chante parce qu’il croit avoir rompu avec un diable.

Lorsque l’honneur et la dignité rendent leurs âmes au palais du peuple, ce n’est pas dans les rues et marchés de la campagne qu’ils ressusciteront;
Lorsque la conscience et la responsabilité s’ébranlent devant les notes de Banque, ce n’est pas devant ce peuple meurtri qu’elles reviendront dans leur demeure;
Lorsque l’enrichissement à vitesse et le désir du luxe s’installent, ce n’est pas la défense du peuple qui les délogera.

Cette victoire qui a fait déborder l’eau du fleuve dans la grande salle des plénières de l’Assemblée Nationale n’appartient pas au peuple pour lequel elle est chantée, elle appartient aux individus qui voient avec passion, salive et rage des chaises vides à occuper, des besoins personnels ou familiaux à pourvoir et des comptes à gonfler.

Ce peuple au nom duquel cette victoire est chantée était ignorant du rôle que jouait Jean-Marc KABUND avant sa destitution en Mai dernier, il est ignorant du rôle de Jeanine MABUNDA, BALAMAGE et compagnie pour ce qui ne s’obtient pas en sa faveur.

Il sait qu’il est en insécurité, qu’il est en chômage, qu’il a faim, objets pour lesquels jamais des motions et questions n’ont su sécouer la tranquillité des fêtards de cette victoire gagnée encore au nom du peuple, pas à son profit.

Attribuer les responsabilités de son échec à un partenaire dans une coalition en politique, c’est dire sans mieux le signifier, la faiblesse d’un homme à assumer son rôle de Père de famille dans un foyer. À homme responsable, femme responsable dit-on.

Celui qui divorce d’avec sa première femme pour désobéissance divorcera d’avec sa deuxième pour infidélité. La première femme est partie, elle souffre dans les toilettes de la République.

La deuxième est au procès mais son sort est déjà connu. La troisième est à la fois au marché et dans les salons de coiffure pour chercher à plaire à son époux dont les sentiments changent avec la direction du vent. Le blocage n’est plus là. Le changement devait être au rendez-vous.
Qui vivra verra!

– Par Daniel MPEZAMIHIGO.


Les opinions du lecteur
  1. Sully de la sympathie Lùsaya Msambya   Sur   décembre 11, 2020 à 18 h 27 min

    Très belle analyse d’un auteur qui lit les événements du moment dans sa peau faisant partie de ce même peuple à qui tout politicien peut se réclamer avec l’usage des expressions du genre :
    <>,
    <>,etc.
    Nous savons que tout ce qui se trame maintenant n’en est qu’une suite des méthodes dont les dirigents ventriotes n’ont cessé d’utiliser depuis des années !
    L’équipe reste la même,seul le maillot veut changer !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR