RDC: interrogations après le survol de Kinshasa par deux avions de chasse angolais

Écrit par sur novembre 23, 2020

Les Congolais s’interrogeaient samedi sur le « meeting aérien » organisé la veille pendant lequel seuls deux avions de chasse angolais ont brièvement survolé Kinshasa, sans qu’aucun avion congolais ne soit visible. Intervenue quelques jours après une visite-éclair à Luanda du président Félix Tshisekedi, cette scène a de nouveau alimenté la défiance au sein de la coalition au pouvoir qui réunit les forces politiques de l’actuel chef de l’Etat et celles de son prédécesseur Joseph Kabila.

« On verra dans le ciel de Kinshasa des avions de chasse de la RDC et ceux de la République d’Angola (…) pour célébrer et magnifier l’entente parfaite entre les deux forces aériennes soeurs », avait annoncé jeudi soir un communiqué du porte-parole de l’armée, en évoquant la tenue d’un « meeting aérien ».

En fait, seuls deux Sukhoï Su-30 (« Flanker » dans la terminologie de l’Otan) angolais se sont posés à l’aéroport de Kinshasa-N’Djili vendredi en fin de matinée en présence d’officiers congolais et d’un conseiller sécurité du chef de l’Etat, lors d’une cérémonie retransmise en direct sur la chaîne d’Etat RTNC.

« Il existe des avions congolais. Je ne vais pas vous dire où ils sont. Ils ont bien volé. On n’a pas besoin de les exposer », a tenté d’expliquer samedi à l’AFP un porte-parole de la presse présidentielle qui commentait la retransmission.

Mardi, en plein conflit avec ses partenaires de la coalition pro-Kabila, le président Tshisekedi était allé rencontrer le président de l’Angola Joao Lourenço à Luanda. Il s’agissait de « renforcer les liens d’amitié et de coopération existant entre les deux pays », avait-il déclaré à la presse, dans des propos rapportés par ‘Jornal do Angola’.

Le président Tshisekedi a ouvert « le ciel congolais à une armée étrangère. C’est inacceptable », a réagi un conseiller diplomatique de l’ex-président Kabila, Barnabé Kikaya ben Karubi.

Joint par l’AFP, M. Kikaya reproche au président de n’avoir consulté « ni le Conseil supérieur de défense, ni le Premier ministre, ni le ministre de la Défense, encore moins le Parlement, sans parler de nous, ses alliés du Front commun pour le Congo (FCC) », a-t-il ajouté.

Largement majoritaire au Parlement et au gouvernement où il détient le poste de Premier ministre, le FCC pro-Kabila a signé en janvier 2019 un accord de coalition avec la plateforme Cach de M. Tshisekedi. Cet accord a permis l’investiture de M. Tshisekedi, proclamé vainqueur des élections du 30 décembre 2018.

Tshisekedi doit encore annoncer les conclusions des « consultations politiques » qu’il a lancées le 2 novembre pour sortir des crises politiques multiples avec ses partenaires de la coalition au pouvoir pro-Kabila.

fizimedia.com

Source: AL


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR