RDC – Nord-Kivu : vers le ramassage d’armes en ville de Goma et ses environs pour faire face à l’insécurité

Written by on septembre 29, 2020

La situation sécuritaire dans la ville de Goma au Nord-Kivu en République démocratique du congo reste inquiétante du fait que les meurtres nocturnes sont signalés presque chaque semaine.

Vers un ramassage d’armes pour faire face à l’insécurité.

Pour faire face à cette situation, Patrick Munyomo député national de cette partie de l’Afrique centrale à préconiser de faire un ramassage d’armes qui selon lui est une meilleure façon de faire une riposte à cette insécurité.

« D’ici quelques jours, sera le lancement de la Campagne de Ramassage d’armes et effets militaires détenus illégalement à Goma et environs, et celà nous demandons aux populations de nous soutenir, car la sécurité est une affaire de tous » a fait savoir cet élu du peuple.

Pour le moment, le rapport de la première étape de sensibilisation de toutes les couches sociales en rapport avec cette activité, vient d’être présenté au Gouverneur Carly Nzanzu Kasivita ce mardi 29 septembre 2020 par la fondation Patrick Munyomo au gouvernorat.

Ph.Zachee M, vue le député Patrick Munyomo et le Gouverneur Carly Nzanzu Kasivita

» Je vous rassure, le projet de ramassage d’armes en ville de Goma et ses environs est issu de la volonté de mes électeurs qui sont fatigués par l’insécurité, tout étant déjà fait prêt, avec la bénédiction de toutes les institutions du pays tant qu’au niveau national que provincial, nous espérons voir sa matérialisation » a ajouté le député Munyomo.

Ramassage d’armes, un projet contesté par d’autres parlementaires congolais ?

Alors que cette initiative est soutenue à cent pourcents par Maggy Rwakabuba, députée élu du territoire de Rutshuru, ce projet reste contesté par Josué Mufula qui est aussi un député national pour la ville de Goma. Pour ce parlementaire à la question de ramassage d’armes en ville de Goma et ses environs, celui-ci parle plutôt.

« Ce sont des questions très sérieuses à ne pas traiter » à le diable « , c’est-à-dire vite et mal, dans la précipitation ou dans la complaisance sans mûrir les cogitations.

Paraphrasant les sophistes, ce Député National élu de Goma précise qu’ » il n’existe pas de vérité absolue, mais il n’y a que des opinions relatives ». Dans la même optique, c’est de la contradiction que naît l’harmonie, à en croire Héraclite d’Éphèse. De ce fait donc, c’est la dialectique démocratique qui fait la beauté même de la démocratie dans une République.

L’ancien Kadogo Josué Mufula , et Député National membre de la COMMISSION DÉFENSE ET SÉCURITÉ de l’Assemblée Nationale, n’y va pas par quatre-chemins ni sous le dos de la cuillère et réagit en ces propos :

» Pour l’armée, la police et les services de sécurité qui soutiendraient cette fameuse campagne de ramassage d’armes moyennant l’argent, c’est simplement » un aveu d’échec dans leurs missions régaliennes « . Par conséquent, tous les chefs provinciaux de ces corps et services, et même leurs hiérarchies qui ont autorisé cela, doivent démissionner. Car, c’est plus qu’une honte qu’un individu s’improvise pour faire le travail à leur place.

Et surtout que les expériences du PAREC et STAREC n’avaient pas obtenus des grands résultats escomptés. Un autre argument soutenu par l’honorable Josué Mufula , c’est le fait que les armes avec lesquelles certains criminels (les 40 voleurs par exemple) opèrent seraient louées ou achetées auprès de certains commandants des FARDC et/ou de la PNC en contre-partie de 20 ou 30$.

D’où, gratifier les criminels qui détiendraient illégalement les armes par une somme d’argent, c’est serait leur permettre de s’en procurer deux, trois, quatre, cinq ou dix armes de plus… L’élu du peuple Josué Mufula suggère plutôt pour sa part » l’intensification des bouclages dans les camps militaires et policiers ainsi que dans tous les 18 Quartiers de GOMA « .

Car, à en croire Le Ministre national de la Défense, Aimé NGOI-MUKENA, les opérations de bouclage organisées dans Les Camps KATINDO et MUNZENZE le 06 Mai 2020 avaient donné comme résultats : 51 armes AK 47, plusieurs munitions en vrac saisies et plusieurs personnes interpellées. Voilà au moins une action qui reflète UN ETAT DE DROIT, renchérit l’honorable Josué MUFULA.

Et concernant la démarche de la délocalisation du Camp KATINDO du centre-ville vers un espace distant…

Tout en saluant cette démarche salutaire pour la sécurité de la population de GOMA, l’Honorable Josué MUFULA soutient qu’il faut au préalable des réflexions profondes à ce sujet. L’élu de Goma reconnaît bien que la population de Goma, la société civile ainsi que plusieurs notables de la Ville exigent depuis plusieurs années cette délocalisation…

À mon avis, et j’insisterai toujours sur ça, martèle-t-il, les questions majeures qu’il faille se poser sont avant tout :

  1. Comment ?
  2. Où ?
  3. Par qui ?
  4. Le sort de ceux qui y habitent actuellement…

Et pour conclure, l’honorable Josué Mufula corrobore la pensée du feu Général Donatien MAYELE BOKUNGU LIEKO Le Tigre en ces mots : » Quand les services de sécurité n’arrivent pas à mettre fin à la criminalité, c’est que les criminels se cachent dans les services de sécurité « .

Pour rappel , le budget à louer par la Fondation Patrick Munyomo est de 50 milles dollars américains pour la première phase de cette campagne qui soutient la vision du Chef de l’État Commandant Suprême des Forces Armées, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO de pacifier la Province du Nord-Kivu.

Que pensez-vous de cet article ?

– Par Enoch David Aluta depuis Goma au Nord-Kivu.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR