RDC : Presque deux mois après, Nous témoignons toute notre satisfaction du fait de l’annulation du contrat AGI sur le contrôle des flux téléphoniques.

Written by on février 3, 2019

Du 15 au 17 Décembre 2018, Nous avons joint notre voix à celles des autres acteurs pour protester contre l’augmentation des tarifs téléphoniques en RDC.
(plus particulièrement et personnellement sur les réseaux-sociaux)

Presque deux mois après, Nous témoignons toute notre satisfaction du fait de l’annulation du contrat AGI sur le contrôle des flux téléphoniques.

Fizimedia.com
En effet, en résiliant le contrat AGI sur le contrôle des flux téléphoniques, c’est permettre aux utilisateurs de revenir notamment sur les sms.

A en croire 7 sur 7. cd, le président de la République a, vendredi 1er février 2019 à la Cité de l’Union africaine au cours de la réunion interinstitutionnelle, instruis le gouvernement pour que soit ”rapporté” le contrat de prestation des services attribué par le ministère des postes et télécommunications à la Société African General Investment Limited (AGI), d’après le compte rendu de la réunion interinstitutionnelle lu par le vice-Premier ministre Henri Mova Sakanyi.
Pour rappel, dans ce contrat, jugé léonin par plusieurs analystes, sur les 100% des revenus générés par la taxe sur les flux téléphoniques, AGI était rétribué à hauteur de 85% contre 15% à l’ARPTC (agence de régulation des Poste et Télécommunications du Congo) et 5% pourcents à la commission où siègent les conseillers, de la primature, ceux des ministres des finances et PT-NTIC et leurs experts.
Fizimedia.com
A cet effet, AGI était chargé d’installer et exploiter le système de contrôle de flux téléphoniques générés par les opérateurs de téléphonie mobile.

Le décret du Premier ministre Bruno Tshibala, contresignés par les ministres des finances (Henri Yav Muland) et des Postes, Telecoms et nouvelles technologies (Emery Okundji) dont nous avions tant décrié a fixé la facturation suivante sur chaque contrôle des flux téléphoniques (appels, SMS et data) :

  1. 0,0115 $ par minutes d’appels sortant infra réseaux, inter-réseaux et internationaux généré par chaque réseau,
  2. 0,01$ par SMS sortant infra réseaux, inter-réseaux et internationaux générés,
  3. Internet : 5% des revenus bruts générés par le service des données.

Ce contrat était signé pour une durée de 10 ans. Le coût de son investissement évalué à 1 million $ allait générer 27 millions $ mensuellement sur lesquels AGI allaient percevoir 23 millions contre 2,7 millions pour l’État à travers L’ARPTC et la Commission.

Or, c’est paradoxale de croire que les pouvoirs publics manquent 1 million $ pour équiper l’ARPTC afin qu’elle fasse le contrôle des flux téléphoniques afin de percevoir au nom de l’État les recettes générés.

Plusieurs acteurs et opérateurs de télécom avaient en vain dénoncé ce contrat qui d’après eux entraînait un surcoût et allait occasionner une augmentation de 27 % de leurs tarifs.
Ils avaient aussi dénoncé, outre la rémunération excessive du prestataire, sa désignation en violation de la procédure de passation des marchés et son inexpérience.

www.fizimedia.com fizimediatv@gmail.com By Famure


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR