RDC: KABUND :  » NOTRE VICTOIRE N’EST PAS UN CADEAU MAIS LE COURONNEMENT D’UNE LONGUE LUTTE TEINTÉE D’ÉNORMES SACRIFICES »

Written by on février 17, 2019

RDC: KABUND :  » NOTRE VICTOIRE N’EST PAS UN CADEAU MAIS LE COURONNEMENT D’UNE LONGUE LUTTE TEINTÉE D’ÉNORMES SACRIFICES »

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS en sigle, a organisé une grande manifestation publique, le Vendredi 15 février 2019, à l’espace situé devant la permanence du parti, à l’occasion de la célébration du 37eme anniversaire de sa création depuis le 15 février 1982.

Cette activité a été présidée par le président intérimaire de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, qui s’est exprimé exceptionnellement devant plusieurs milliers des combattants qui ont pris d’assaut cet endroit pour la circonstance.

Jean-Marc Kabund a ouvert son allocution par une brève histoire autour de la création de l’UDPS en citant, particulièrement, les noms des 13 parlementaires, dont Étienne Tshisekedi décédé et Gabriel Kyungu en vie. Ces derniers, a-t-il rappelé, ont ouvert une nouvelle page politique au Zaïre, en1982, en se désolidarisant du Mouvement Populaire pour la Révolution (MPR) à travers une lettre comportant 52 pages adressée au président Joseph-désiré Mobutu en vue de dénoncer sa gouvernance catastrophique du pays.

 »Depuis le 15 février 1982, d’énormes sacrifices ont été consentis, a-t-il fait savoir.  »Nous avons connu des brimades, des relégations et n’avons cessé de compter parmi nous des morts, mais jamais nous n’avons récuser la lutte pacifique et non violente. Car, on savait que tôt ou tard, on allait attraper le pouvoir par le stylo, sans verser le sang de nos compatriotes ».

Pour le n•1 du parti présidentiel,  »l’UDPS, dont le siège est demeuré dans la commune de Limete depuis des longues années, a souffert plus que les enfants d’Israël, car, pour arriver au Palais de la nation dans la commune de la Gombe ici même à Kinshasa, elle a mis 37 ans de marche. Heureusement, pour nous, a-t-il renchéri, nous avons eu un véritable  » Moïse » et un véritable « Josué ».

Dans ces conditions, personne ne peut aujourd’hui prétendre que l’UDPS a pris frauduleusement sa victoire. Car, a-t-il martelé, notre victoire n’est pas un cadeau mais le couronnement d’une longue lutte de 37 ans teintée d’énormes sacrifices ». Que celui qui nous accuse d’avoir volé sa victoire, raconte d’abord son histoire politique, a-t-il lâché dans la foulée.

Avant de poursuivre son discours, Jean-Marc Kabund a procédé à la présentation de l’équipe de l’exécutif de l’UDPS ayant conduit le président Félix Tshisekedi à la magistrature suprême. Cette équipe est composée notamment des secrétaires généraux adjoints , des secrétaires nationaux et secrétaires nationaux adjoints.

Comme il fallait s’y attendre, c’est en ce moment que le public ont commencé à chanter:  » Ye wana Augustin KABUYA, ye wana, ye wana… » Une façon de plébisciter et de reconnaître l’engagement et le dévouement de ce haut cadre du parti cher à Félix TSHISEKEDI qui se bat bec et ongles pour la survie de l’UDPS depuis la disparition de feu Étienne TSHISEKEDI en 2017.
C’est un secret de polichinelle que c’est Augustin KABUYA qui avait organisé harmonieusement la communication du Parti à travers, notamment, des intenses matinées politiques avec la base du parti. Il a su calmer, avec sagesse et autorité, les ardeurs des voix discordantes au sein de la base qui tentaient à maintes reprises d’entrer en porte-à-faux avec l’exécutif laissé par Etienne Tshisekedi, au point d’obtenir, plus tard, une entière convivialité entre l’exécutif et la base. Vigilant et courageux, Augustin KABUYA s’était aussi impliqué activement lorsqu’il fallait absolument détourner l’UDPS du piège entretu contre elle lors de la  »messe noire du Genève ».
Les 3K, c’est de cette façon qu’on identifie KABUND, KABUYA et KAZADI, les trois hommes incontournables au sein du parti envers qui le président de la République témoigne un maximum de confiance.

Il sied, toutefois, de rappeler qu’en date du 24 avril 2018, lors de la première sortie publique de l’UDPS au terrain saint-therese de N’djili après la tenue du congrès extraordinaire le 30 Mars de la même année, la base du parti avait dédicacé aussi le nom de Jean-Marc Kabund en demandant au président du Parti, Félix Tshisekedi, de le reconduire ipso facto à son poste du Secrétaire Général du parti.
Et, aujourd’hui, avec le soutien que la base vient de témoigner solennellement à l’égard de Augustin KABUYA, peut-on déjà dire que ce dernier est devenu le  »chouchou » des combattants et du public ? On est pas loin de cette réalité car, Augustin KABUYA a vu sa côte de popularité connaître une augmentation sérieuse dans le rang des combattants grâce à ses récentes initiatives médiatiques musclées pour défendre l’image de marque du parti et du président de la République, Félix Tshisekedi.

Dans un bref entretien accordé à LIBERTÉ PLUS sur le podium, nous lui avons posé la question de savoir pourquoi une telle réaction positive du public à son égard. Le Secrétaire Général Adjoint de l’UDPS a répondu en ces termes :  » Vous ne pouvez pas prétendre faire la politique si la population ne se reconnaît pas en vous ».

Deuxième question : Mais, pourquoi on ne te voit pas au Palais de la Nation ni à la cité de L’OUA autour du Chef de l’État Félix Tshisekedi ?
Augustin KABUYA : Avez-vous déjà vu une armée gagner la bataille sans une base arrière? La réponse est non! Mes relations sont au beau fixe avec le Chef de l’État. Il n’y a aucun problème. Je suis à Limete pour garder et revitaliser la base arrière. Mais, je suis en contact permanent avec lui. Sinon, je commettrai la grosse bêtise de notre histoire politique si je délaisse notre base arrière », fin de citation.

Notons également que AUGUSTIN KABUYA a promis d’accorder une interview exclusive à LIBERTÉ PLUS pour clarifier certaines choses qui prédominent l’actualité sociopolitique en RDC.

  1. Gestion de la démocratie

À ce niveau, Jean-Marc Kabund a tenu à signifier aux opposants au pouvoir de l’UDPS qu’ils seront des opposants libres et respectés. Leurs meetings ne seront pas perturbés ni dispersés à coup des gaz lacrymogènes. Ils pourront, sans contraintes, critiquer le Chef de l’État, car, il n’y aura plus jamais des prisonniers politiques.

  1. De la conservation du pouvoir

Ce point a constitué le socle du discours du président de l’UDPS qui a utilisé toutes formes des langages faciles et compréhensives pour se faire comprendre profondément auprès des combattants. Et, il a atteint son objectif. Car, pour les combattants, Kabund est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

En effet, rappellant aux combattants les objectifs d’un parti politique qui tournent autour de la conquête du pouvoir, l’exercer et le conserver le plus longtemps possible, il a demandé aux combattants d’être dix fois plus actifs qu’avant et de se constituer comme les premiers informateurs du président de la République, surtout, en cas des dérives de certains gestionnaires à des différents postes, y compris dans l’appareil judiciaire. Car, a-t-il déclaré, le régime des hommes forts est révolu.
Il a recommandé aux présidents cellulaires de l’UDPS d’ouvrir des nouveaux recrutements des membres.
Le même appel a été lancé aux différents  » parlements debouts ».  » Vous devez songer à la revitalisation des parlements débouts. Ceux qui auront le travail pendant journée, dans le cadre de nos programmes d’emploi déjà sur ma table, doivent savoir que les parlements debout auront besoin d’eux le soir et ceux qui travailleront le soir devront normalement se rendre aux parlements débouts pendant la journée ».

Concernant les emplois, il a, tout de même, annoncé que les combattants seront soumis à des séances de formation professionnelle et de préparation afin qu’ils exercent sans complaisance les différentes tâches qui leur seront attribuées lors de l’arrivée des investisseurs au Congo.

  1. Des mises en garde ont été également lancées

Jean-Marc Kabund a mis en garde les opposants qui, à la place de s’inscrire dans la logique d’une opposition républicaine, chercheraient à renverser le pouvoir de l’UDPS. À ceux-là, Kabund a déclaré ce qui suit :  »À l’instar de la ZANU-PF, l’ANC et le MPLA, l’UDPS va demeurer le rempart et le bouclier de son pouvoir. Car, FATSHI a une machine politique capable de tout broyer. Toute tentative de renverser son pouvoir aura une réponse rapide et foudroyante ».
Par ailleurs, si la Belgique continue d’entretenir et d’héberger ceux qui complotent pour déstabiliser le pouvoir à Kinshasa, la Belgique sera considérée comme ennemi numéro 1 du peuple congolais ».

Kabund a été aussi formel concernant la bonne gouvernance. Il a mis sévèrement en garde les ministres du gouvernement en gestation qui oseront voler l’argent de l’État.  » L’UDPS, a-t-il dit, sera en mesure de convoquer des marches pacifiques pour obtenir la démission ou le limogeage de certains ministres et mandataires de l’État ».

À ceux qui critiquent le Chef de l’État pour avoir gardé certains collaborateurs de l’ex-président Joseph KABILA autour de lui, même pour sa sécurité, Kabund a révélé que la mutation autour du Chef de l’État devrait intervenir progressivement car, l’UDPS n’a pas pris le pouvoir de manière violente ou par la voie d’une rébellion.

Aimer notre page svp
👇👇👇
https://m.facebook.com/fizimedia

fizimedia.com fizimediatv@gmail.com


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR