RDC: Une nouvelle vague composée de 600 miliciens est arrivée ce vendredi 26 janvier 2019 à Kananga (Kasaï Central) pour déposer les armes suite à “l’investiture de Félix Tshisekedi comme président de la République”.

Écrit par sur janvier 29, 2019

Une nouvelle vague composée de 600 miliciens est arrivée ce vendredi 26 janvier 2019 à Kananga (Kasaï Central) pour déposer les armes suite à “l’investiture de Félix Tshisekedi comme président de la République”.

Ces miliciens avaient des bandeaux rouges sur leurs têtes, des armes blanches (manchettes, flèches, couteaux, statuettes, amulettes, bâtons) et des armes à feu du type AK 47 et calibre 12.

« Le peuple a pris le pouvoir, le peuple a pris le pouvoir », chantaient-ils en Tshiluba. Ils ont été rejoints par la population et les conducteurs des motos et ont défilé à travers les principales artères de la ville.

Les uns se sont dirigés au siège local de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), parti de Félix Tshisekedi, d’autres au gouvernorat de province.

« Nous sommes venus déposer les armes car pour nous la guerre est finie. Je recommande aux éléments (miliciens) la discipline », lance Raphaël Kabeya qui porte une grande statue dans ses bras et qui se présente comme le superviseur des miliciens sur l’axe Kananga-Bunkonde dans le territoire de Dibaya.

Mais les miliciens ont tenté de désarmer à leur tour les policiers dans la commune de Kanza, ancien quartier général de la milice en 2017. Des tirs ont été entendu.

« Des jeunes miliciens ont demandé aux policiers en poste à la maison communale de leur remettre les armes car pour eux le travail de la police est terminé. Les policiers ont tiré en l’air pour les repousser », indique une source policière.

A la tombée de la nuit, les miliciens se sont présentés à la résidence du gouverneur de province pour déposer les armes.

« Qu’on nous donne notre salaire. Nous sommes abandonnés et nous mangeons de la mendicité. On nous a envoyé l’argent que les différents gouverneurs ont détourné. Nous avons combattu l’armée et nous méritons notre salaire », explique un jeune garçon d’environ 15 ans qui affirme avoir combattu à la rivière Moyo en territoire de Dibaya.

Le gouverneur du Kasaï Central Denis Kambayi qui est retourné de Kinshasa ce vendredi a réitéré son appel à la paix et au dépôt d’armes.
Fizimedia.com


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



En ce moment

Titre

Artiste

%d blogueurs aiment cette page :
FiziMedia

GRATUIT
VOIR